Theodora_19-v-pontet

Opéra mis en scène


Theodora


George Frideric Handel

Retour

Theodora
George Frideric Handel


Ensemble

Chœur et orchestre des Arts Florissants

Direction musicale

William CHRISTIE

Metteur en scène

Stephen LANGRIDGE

Chorégraphe

Philippe GIREAUDEAU

Scénographie et costumes

Alison CHITTY

Lumières

Fabrice KEBOUR


Distribution

Katherine WATSON, soprano, Theodora
Stéphanie D’OUSTRAC, soprano, Irène
Philippe JAROUSSKY, contre-ténor, Dydime
Kresimir SPICER, ténor, Septime
Callum THORPE, baryton-basse, Valens


Cette production accueille de jeunes musiciens dans le cadre du  programme Arts Flo Juniors, une initiative pédagogique qui offre la possibilité à de jeunes étudiants de conservatoire de venir s’ajouter aux rangs de l’orchestre et d’y vivre une expérience pédagogique fondée sur la pratique.

Programme

Theodora Portraits

Composée en 1749 pour répondre à la tradition des concerts d’oratorios – sorte d’opéras sacrés – présentés à Londres pendant le carême, Theodora est une œuvre unique à bien des égards. Avant-dernier des oratorios de Handel, c’est le seul de ses oratorios dramatiques dont l’intrigue soit spécifiquement chrétienne (par opposition aux histoires juives de l’Ancien Testament, ou à une œuvre non dramatique comme Le Messie) et dont l’histoire ne soit pas tirée de la Bible : il narre en anglais l’histoire à Antioche de deux martyrs chrétiens sous le règne de Dioclétien et prêche la tolérance. Theodora partage cependant avec d’autres oratorios tardifs un personnage féminin central en grand désarroi qui, semble-t-il, exerça un attrait particulier sur le librettiste Thomas Morell et inspira à Handel une musique d’une force émotionnelle exceptionnelle. 

Avec sa musique laissant la place à plus d’intimité et à la caractérisation psychologique, Theodora était l’oratorio préféré de Handel. Il fut néanmoins boudé par un public dérouté par la nouvelle démarche du compositeur qui s’écartait de ses précédents ouvrages aux accents martiaux. En effet, si les auditeurs attendaient d’un oratorio une certaine solennité, ils voulaient également être divertis. Or, ici, Handel livre une partition poignante et inspirée, dominée par la musique en mode mineur, et, pour raconter le martyr de cette jeune chrétienne face aux humiliations romaines, ne fait aucune concession au goût populaire. En réponse à l’accueil d’un public froid et clairsemé, on rapporte que Handel s’écria : « Cela ne fait rien ; la musique n’en sonnera que mieux ». 

Après l’avoir portée au disque en 2003 et dirigée à Glyndebourne en 2009, William Christie proposera une nouvelle interprétation accompagnant la mise en scène de Stephen Langridge.

Production du Théâtre des Champs-Élysées

Retransmission en direct - le 16 octobre à 20h

Dates passées

Saison 2015/2016

Paris / France
Théâtre des Champs-Elysées

  • samedi 10 octobre 2015, 20h
  • mardi 13 octobre 2015, 20h
  • vendredi 16 octobre 2015, 20h
  • dimanche 18 octobre 2015, 17h
  • mardi 20 octobre 2015, 20h

New York / Etats-Unis
Alice Tully hall, Lincoln Center

  • samedi 31 octobre 2015, 19h, Great Performers

Amsterdam / Pays-Bas
Concertgebouw

  • samedi 7 novembre 2015, 12h30

Médias associés

  • Vidéos Vidéos
    6 vidéos
  • Vidéos Vidéos
    2 albums
  • Vidéos Vidéos
    4 audios
  • Vidéos Vidéos
    0 partitions
  • Vidéos Vidéos
    1 textes
Chargement des médias associés...